Critique du pouvoir par Axel HONNETH

Critique du pouvoir

Titre de livre: Critique du pouvoir

Éditeur: La Découverte

ISBN: 2707174254

Auteur: Axel HONNETH


* You need to enable Javascript in order to proceed through the registration flow.

Primary: Critique du pouvoir.pdf - 20,236 KB/Sec

Mirror [#1]: Critique du pouvoir.pdf - 33,329 KB/Sec

Mirror [#2]: Critique du pouvoir.pdf - 42,585 KB/Sec

Axel HONNETH avec Critique du pouvoir

Le philosophe et sociologue allemand Axel Honneth est aujourd'hui bien connu du public francophone. Si l'essentiel de ses textes sont désormais traduits, un ouvrage majeur ne l'a pas encore été : Critique du pouvoir, premier livre de Honneth, dans lequel son travail théorique prend en grande partie son ancrage. Cet ouvrage est de première importance pour les sciences et la philosophie sociales. En premier lieu, il offre un panorama d'ensemble et un cadre de discussion de toute la tradition de la Théorie critique, de Max Horkheimer à Jürgen Habermas. Il offre une représentation précise des différents auteurs discutés, avec une concision et une précision conceptuelle remarquables, donnant ainsi des clés précieuses pour entrer dans les œuvres d'auteurs majeurs mais complexes comme Horkheimer, Adorno et Habermas. À ce titre, Kritik der Macht peut faire office d'introduction à la Théorie critique de l'École de Francfort. Mais une introduction qui propose une lecture particulière, à travers laquelle l'auteur trace son propre sillon, discutant et s'appropriant cette tradition de pensée. Honneth élabore en effet un chemin conceptuel propre tout en tirant certaines conséquences déterminantes pour la suite de son travail, lequel l'a conduit par la suite à l'élaboration de sa désormais célèbre théorie de la « reconnaissance sociale ». C'est aussi dans Kritik der Macht que Honneth développe son importante critique à l'encontre de la conception irénique de la société de Habermas, en insistant sur la nécessité de développer une théorie du conflit et de la lutte. Enfin, cet ouvrage offre également une lecture de l'œuvre de Michel Foucault, dont il inscrit la contribution dans la filiation de l'École de Francfort. La relation entre Foucault et la Théorie critique, souvent évoquée sans être vraiment discutée, trouve ici une explicitation remarquable. En Allemagne, l'ouvrage a joué un

Livres connexes

Le philosophe et sociologue allemand Axel Honneth est aujourd'hui bien connu du public francophone. Si l'essentiel de ses textes sont désormais traduits, un ouvrage majeur ne l'a pas encore été : Critique du pouvoir, premier livre de Honneth, dans lequel son travail théorique prend en grande partie son ancrage. Cet ouvrage est de première importance pour les sciences et la philosophie sociales. En premier lieu, il offre un panorama d'ensemble et un cadre de discussion de toute la tradition de la Théorie critique, de Max Horkheimer à Jürgen Habermas. Il offre une représentation précise des différents auteurs discutés, avec une concision et une précision conceptuelle remarquables, donnant ainsi des clés précieuses pour entrer dans les œuvres d'auteurs majeurs mais complexes comme Horkheimer, Adorno et Habermas. À ce titre, Kritik der Macht peut faire office d'introduction à la Théorie critique de l'École de Francfort. Mais une introduction qui propose une lecture particulière, à travers laquelle l'auteur trace son propre sillon, discutant et s'appropriant cette tradition de pensée. Honneth élabore en effet un chemin conceptuel propre tout en tirant certaines conséquences déterminantes pour la suite de son travail, lequel l'a conduit par la suite à l'élaboration de sa désormais célèbre théorie de la « reconnaissance sociale ». C'est aussi dans Kritik der Macht que Honneth développe son importante critique à l'encontre de la conception irénique de la société de Habermas, en insistant sur la nécessité de développer une théorie du conflit et de la lutte. Enfin, cet ouvrage offre également une lecture de l'œuvre de Michel Foucault, dont il inscrit la contribution dans la filiation de l'École de Francfort. La relation entre Foucault et la Théorie critique, souvent évoquée sans être vraiment discutée, trouve ici une explicitation remarquable. En Allemagne, l'ouvrage a joué unLe philosophe et sociologue allemand Axel Honneth est aujourd'hui bien connu du public francophone. Si l'essentiel de ses textes sont désormais traduits, un ouvrage majeur ne l'a pas encore été : Critique du pouvoir, premier livre de Honneth, dans lequel son travail théorique prend en grande partie son ancrage. Cet ouvrage est de première importance pour les sciences et la philosophie sociales. En premier lieu, il offre un panorama d'ensemble et un cadre de discussion de toute la tradition de la Théorie critique, de Max Horkheimer à Jürgen Habermas. Il offre une représentation précise des différents auteurs discutés, avec une concision et une précision conceptuelle remarquables, donnant ainsi des clés précieuses pour entrer dans les œuvres d'auteurs majeurs mais complexes comme Horkheimer, Adorno et Habermas. À ce titre, Kritik der Macht peut faire office d'introduction à la Théorie critique de l'École de Francfort. Mais une introduction qui propose une lecture particulière, à travers laquelle l'auteur trace son propre sillon, discutant et s'appropriant cette tradition de pensée. Honneth élabore en effet un chemin conceptuel propre tout en tirant certaines conséquences déterminantes pour la suite de son travail, lequel l'a conduit par la suite à l'élaboration de sa désormais célèbre théorie de la « reconnaissance sociale ». C'est aussi dans Kritik der Macht que Honneth développe son importante critique à l'encontre de la conception irénique de la société de Habermas, en insistant sur la nécessité de développer une théorie du conflit et de la lutte. Enfin, cet ouvrage offre également une lecture de l'œuvre de Michel Foucault, dont il inscrit la contribution dans la filiation de l'École de Francfort. La relation entre Foucault et la Théorie critique, souvent évoquée sans être vraiment discutée, trouve ici une explicitation remarquable. En Allemagne, l'ouvrage a joué un